Le dernier obstacle à la voiture électrique : que faire si vous ne pouvez pas la revendre ?

Electric car
Electric car

L’amélioration de la technologie des batteries fait baisser les coûts, laissant les propriétaires actuels avec des modèles trop chers que personne ne voudra revendre.

Achèteriez-vous quand même une voiture électrique si vous saviez que vous ne pourriez pas la revendre à l’avenir ? C’est le dernier obstacle auquel se heurtent les acheteurs potentiels, et il est appelé à devenir un important moteur de la demande.

Les dépenses liées à la possession d’un véhicule électrique ont toujours fait obstacle à son adoption massive, même en Chine, qui dispose d’un vaste programme de subventions. Du coût de la batterie à la distance parcourue par une charge, en passant par la pénurie de points de branchement, il y a beaucoup de choses à régler avant que les voitures vertes puissent dépasser les voitures à moteur à combustion interne.

Une grande partie de l’inquiétude provient des batteries – le prix, la technologie, la densité et l’endroit où les recharger. Les fabricants s’efforcent depuis des années de faire baisser le prix par kilowattheure. La technologie s’est améliorée, avec différents matériaux permettant aux voitures de rouler plus longtemps et plus loin, et donc de nécessiter moins de charge. La chimie est devenue plus stable. En mai, par exemple, la société Svolt Energy Technology Co, détenue par la société mère de la société chinoise Great Wall Motor Co, a lancé la première batterie au monde qui n’utilise pas de cobalt, un métal controversé mais autrefois indispensable. Elle coûte moins cher que les batteries concurrentes classiques et présente une densité plus élevée, ce qui signifie que le même volume contient plus d’énergie.

Astuce de Pro

Quand on souhaite revendre sa voiture électrique il est souvent plus rapide et malin de passer par un pro. En effet, les professionnels de l’automobile pourront vendre votre voiture, même sans contrôle technique, et vous la racheter au meilleur prix.

La bonne nouvelle est donc que le prix des batteries est en train de baisser, passant de 2,1 yuans par wattheure en 2016 à 1,1 yuan (0,13 dollar) par wattheure en 2019. Cela signifie également que le coût des véhicules électriques diminue (même si les bons véhicules ne sont pas encore si abordables), car les batteries représentent généralement 50 à 60 % de leur valeur.

Mais c’est là que réside le piège : À mesure que la technologie évolue et que les prix des véhicules neufs baissent, les propriétaires actuels subissent une perte disproportionnée sur le marché de l’occasion. La valeur de revente moyenne des véhicules électriques et hybrides rechargeables est inférieure à 40 % du prix d’achat initial, contre 50 à 70 % pour les voitures classiques. Les analystes de Goldman Sachs Group Inc. notent que les préoccupations des consommateurs concernant la qualité et la fiabilité des “vieilles batteries semblent peser sur les prix des voitures d’occasion”. Cela ne plaide pas vraiment en faveur des nouveaux acheteurs actuels, non plus.

Ensuite, il y a les tendances sous-jacentes de la demande. Les ventes de toutes les voitures étaient en baisse même avant le Covid-19. Le marché des batteries est en baisse constante aux États-Unis, en Chine et en Europe. En juin, les installations ont chuté d’environ 30 % par rapport à l’année précédente sur le plus grand marché automobile du monde, la Chine. Sous la pression de la réglementation, les constructeurs automobiles s’associent à des fabricants de batteries et prennent des participations importantes dans ces derniers afin de faire progresser la fabrication de voitures plus écologiques. Mais la confiance dans l’achat de ces véhicules ne s’est pas renforcée dans la plupart des pays, malgré les subventions accordées sous une forme ou une autre pour encourager les ventes. Dans le même temps, le marché automobile chinois arrive à maturité, ce qui a également modifié les préférences.

Après la pandémie, la dernière chose que les consommateurs voudront acheter, c’est un bien qui se déprécie plus vite et qui est plus cher que son principal concurrent, en l’occurrence les voitures à moteur à combustion interne. Le comportement d’achat en Chine en témoigne : Les achats sont retardés jusqu’à ce que les constructeurs automobiles baissent leurs prix pour les voitures électriques en dessous de 300 000 yuans afin de pouvoir bénéficier du programme de rabais du gouvernement.

Il n’est pas certain que Pékin puisse soutenir la demande de véhicules par le biais de subventions comme elle l’a fait par le passé, bien que certaines autorités locales aient accordé des remises et des incitations fiscales pour stimuler les ventes à court terme ces derniers mois. Le gouvernement central tente une approche différente, en annonçant une initiative de mobilité verte visant à promouvoir les bus électriques dans les infrastructures publiques. La croissance des batteries a été moins tirée par les voitures particulières que par l’installation dans les bus. À l’ère du Covid-19, il est moins évident que les consommateurs (ceux qui ont le choix) veuillent prendre les bus publics pour se déplacer.

Il y a, bien sûr, la mise en garde de Tesla Inc. La société d’Elon Musk dispose d’un programme de revente qui donne aux acheteurs une certaine assurance que quelqu’un achètera leurs voitures à l’avenir. Mais la plupart des entreprises ne peuvent pas se permettre cela, surtout lorsqu’elles essaient de rendre les véhicules électriques plus abordables alors que leurs marges se réduisent.

L’achat d’une voiture électrique est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît et le restera jusqu’à ce que les consommateurs puissent justifier le trou dans leur porte-monnaie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*